En bref

  • La plus ancienne synagogue (1837) en activité dans la région.

  • S’inscrit dans la ligne orthodoxe moderne du Consistoire de France.

  • L’une des 3 synagogues de France (avec Bordeaux et Paris-Buffault) où l’on pratique le rite judéo-portugais.

  • La synagogue de Bayonne est classée aux Monuments Historiques depuis le 20 janvier 2012.

  • Outre le Temple, le site comprend différents espaces restaurés depuis 2018 : bureaux consistoriaux, appartement du rabbin, chambres d’accueil, salle communautaire polyvalente, makolet, musée, ainsi qu’un mikvé (en construction).

Préservation du patrimoine

Au fil des siècles, notre communauté a contribué de manière significative au développement de cette région, apportant avec elle une histoire millénaire.
L’ACIBB est aujourd’hui à la tête d’un patrimoine exceptionnel, qui fait partie intégrante de notre passé, de notre identité et le gage de notre pérennité : deux synagogues, cinq cimetières dont deux susceptibles d’accueillir nos défunts, des locaux communautaires vastes et adaptés à nos besoins, un mikvé (en construction) …
Nous avons besoin de votre soutien pour préserver et entretenir ce précieux patrimoine historique de la communauté juive de Bayonne et Biarritz.
Votre don sera utilisé de manière responsable et transparente, en veillant à ce qu’il soit consacré à des projets concrets de rénovation et de préservation. Chaque euro que vous donnerez sera un investissement dans notre héritage commun.

La Grande Synagogue de Bayonne

Repères historiques

A Saint-Esprit après la fermeture successive des synagogues privées, il n’en restait qu’une, celle de la Hébéra considérée comme la synagogue officielle. C’était la synagogue Yesibat-Es Haïm du XVIIIe siècle, installée rue Maubec dans l’immeuble appartenant à la famille Louis Nounès.
Dès 1810-1811, les notables bayonnais avaient envisagé d’ériger un Temple monumental mais le projet n’aboutit pas en raison du refus du Consistoire de Bordeaux dont dépendait alors la communauté de Saint-Esprit. En 1835, le moment est favorable. L’immeuble appartenant à Rebecca Louis Nounès est acquis, l’architecte Capdeville et l’entrepreneur Faulat sont choisis pour mener les travaux, sur des plans qui inspireront notamment les bâtisseurs des synagogues de Buffault à Paris (1877) et de Bordeaux (1882). Le 25 mai 1836, la première pierre est posée et le 26 septembre 1837 le Temple est officiellement inauguré. Nous sommes sous le règne de Louis-Philippe et l’inauguration se fait sous les acclamations de « Vive le Roi ! ».

La façade du nouveau Temple ne donne pas directement sur la rue Maubec, elle est en partie masquée par des maisons. Par la suite les maisons seront détruites et remplacées par les deux pavillons que nous connaissons aujourd’hui, le tout étant clos par une grille.

Sur le plan architectural, la façade est d’une grande sobriété qui l’apparente à un temple grec dans un style néoclassique.

A l’extérieur, les seules références au judaïsme apparaissent sous la forme d’une inscription en hébreu avec sa traduction française « Ma maison sera dénommée maison de prières pour toutes les nations » (Isaïe, 56, 7), message universel et au sommet, gravée l’année de construction dans le calendrier hébraïque (5597).

A l’intérieur, un certain décorum est donné par sa forme de parallélogramme allongé, par la voûte qui court d’un bout à l’autre de l’édifice, par les rangs de colonnes formant trois nefs et contenant les tribunes réservées aux femmes. Des éléments nouveaux ont été intégrés comme la chaire et le piano organique à côté du mobilier de la tradition synagogale et en particulier l’Hékhal de style baroque, située au fond du Temple et héritée de l’ancienne synagogue principale du XVIIIe siècle.

Depuis son édification, le bâtiment a subi peu de transformations, si ce n’est l’intégration en 1871 de vitraux et peintures polychromes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes réquisitionnèrent la synagogue. Occupée du 22 juillet 1942 au 24 août 1944, les dégâts seront très importants.

Le Temple de Bayonne-Saint-Esprit qui a permis de garantir au fil des décennies la dignité et la pérennité du culte, est l’une des plus anciennes synagogues françaises en activité.

On y pratique encore aujourd’hui la liturgie hébraïque du rite séfardi (hispano-portugais), comme à Bordeaux et à Paris-Buffault ou à Amsterdam.

La synagogue, inscrite au registre des Monuments Historiques depuis 1995 a été classée le 20 janvier 2012.

Les campagnes de travaux de restauration

Le défaut d’entretien au cours des dernières décennies a conduit à une dégradation importante des bâtiments au point que la Grande Synagogue était devenue inutilisable en raison des risques sécuritaires (structures rongées par les xylophages, toitures abimées, électricité obsolète …).  D’importants travaux de restauration ont été menés depuis 2012, et plus particulièrement de 2019 (date de réouverture du Temple) à 2022.  

Le financement a été assuré en majeure partie par la DRAC Nouvelle-Aquitaine et la Ville de Bayonne. Le surplus a été obtenu par une campagne active de recherche de fonds privés institutionnels menée par le Consistoire et sa présidente, ainsi que par les dons des fidèles.

A l’intérieur du Temple, l’électricité a été complètement remise aux normes, les plafonds des galeries ont été entièrement remis à neuf, les 21 vitraux ont été totalement restaurés par le maître verrier Gérald FRANZETTI. L’ensemble des travaux ont été supervisés par l’architecte des Bâtiments de France C. MATVEIEFF.

L’édifice est aujourd’hui en bon état d’utilisation, bien que l’intérieur du Temple nécessite encore des investissements considérables pour réparer le plafond (de facture exceptionnelle) et plusieurs revêtements de murs (plâtres et enduits), restaurer l’Hékhal et le mobilier.

A l’extérieur du temple, mais dans l’enceinte synagogale, les façades ont été entièrement restaurées et offrent un parvis magnifique.

« Maintenir et accomplir »

Sous cette devise, propre à la Communauté juive de Bayonne, les dirigeants de la Communauté sont allés bien au-delà de la remise en état fonctionnel du Temple et ont voulu assurer aux fidèles et aux usagers de la Grande Synagogue un ensemble de structures propres à impulser un nouveau rayonnement au judaïsme bayonnais.

Ainsi les espaces intérieurs des autres bâtiments de l’ensemble synagogal ont été peu à peu rénovés et réhabilités depuis 2018 :

– restauration du presbytère dans l’Annexe 3 : rénovation complète et modernisation de l’appartement du rabbin, création de chambres d’accueil pour les hôtes imprévus ou en difficulté, installation de nouveaux bureaux pour le consistoire et le rabbin, aménagement d’un espace « oratoire » utilisé pendant la période de grands froids.

– restauration complète de l’Annexe 1 et création sur ses deux niveaux du Musée du Judaïsme Bayonnais « Suzanne et Marcel Suarès ». Ce projet mené sous l’égide d’une nouvelle entité, l’Association Culturelle du Musée Juif de Bayonne, a bénéficié d’un financement spécifique prodigué par la Fondation du Judaïsme Français et 14 de ses fondations abritées.
Le musée a été inauguré avec éclat le 2 novembre 2022 en présence d’un large public et de nombreuses personnalités tant civiles (le Maire de Bayonne, le Sous-préfet, des députés et sénateurs) que religieuses (Grand Rabbin de France, Président du Consistoire de France …) et même militaires avec la présence de nos « voisins » et amis du 1er RPIMA.

L’Association Culturelle du Musée Juif de Bayonne porteuse du projet de musée et sa fondatrice, Déborah LOUPIEN-SUARÈS, ont obtenu en 2023 le Prix Patrimoine Isaac Abravanel de l’Institut Européen du Monde Séfarade.

Enfin la dernière réalisation concerne la création au printemps 2023 dans l’Annexe 2 d’un espace socioculturel polyvalent destiné à accueillir des conférences, des concerts, des projections audiovisuelles et une bibliothèque (l’ACIBB dispose d’un fonds de plusieurs milliers d’ouvrages légués par la famille Leiffer consacrés à tous les aspects du judaïsme). Cet espace constitue au quotidien un point de rencontre et de détente notamment pour les personnes âgées et/ou isolées de la communauté et leurs ami.e.s de confession israélite ou non. Des repas chabbatiques peuvent y être organisés grâce à l’installation d’une cuisine ultra moderne. En outre, un point kasher (makolet) est ouvert depuis l’été 2023, disposant d’un accès direct sur la rue Maubec.

Ces dernières réalisations ont permis à l’ACIBB de bénéficier à l’été 2023 du Prix SESAME de la Fondation du Patrimoine pour le patrimoine religieux.

Aujourd’hui l’ensemble synagogal offre à tous, fidèles, coreligionnaires ou simples usagers des lieux, les services d’une structure propre non seulement à accueillir l’expression et la pratique du culte israélite, mais également à assurer une ouverture sur la Cité et la vie bayonnaise afin de promouvoir la culture, le social, le caritatif et l’éducation, dans le respect des principes du judaïsme.

Les efforts ne sont pas terminés pour autant et l’ACIBB doit à présent lancer une nouvelle campagne de travaux pour finaliser la restauration de l’intérieur du Temple et de son mobilier. Il faudra à nouveau faire appel aux subventions publiques et aux dons privés.

Préservation du patrimoine

Horaires

Chabbath מצורע Metsora
12 ניסן (Nissan) 5784

Vendredi 19 avril 2024
Entrée 20:35

Kabalat Chabbath
Office 19:00

Samedi 20 avril 2024

Chahrit 9:15
Minha 19:30

Sortie 21:41
Merci calj.net pour la précision des horaires.
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Un email de confirmation vient de vous être envoyé. Si vous ne le voyez pas, pensez à vérifier dans vos courriers indésirables.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre nos actualités et recevoir chaque semaine la paracha qui s'y rapporte.

Soutenir le Mikvé de Bayonne

Plaque commémorative de l'ancien hospice israélite de Bayonne au 18 de la rue Maubec

Plaque commémorative de l’ancien hospice israélite de Bayonne
au 18 de la rue Maubec 

lettres-patentes

Lettres-Patentes du Roi

Vue intérieure de la Synagogue de Bayonne, de la teba vers le hekal

Vue intérieure de la Synagogue de Bayonne, de la teba vers le hekal.

Juifs expulsés d'Espagne et leurs biens confisqués, Caspar Luyken, gravure Amsterdam, 1780.

Juifs expulsés d’Espagne et leurs biens confisqués, Caspar Luyken, gravure Amsterdam, 1780.

Blason Nefousoth Yehuda

Blason Nefousoth Yehuda, Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Offrez un kiddouch à la communauté !

Soutien aux activités cultuelles

Montée à la Torah